3 vérités sur la chirurgie dentaire en France

 

Face aux mensonges et à la campagne de dénigrement qui touche la profession de chirurgien-dentiste depuis des mois, il serait temps que l’on dise la vérité aux assurés sociaux :

  • non, les soins dentaires ne sont pas chers en France.
  • non, les prothèses dentaires ne sont pas plus chères en France que dans les pays de niveau de vie comparable
  • non, une mutuelle n’est pas une entreprise philanthropique et n’est pas indispensable pour être correctement soigné.

Les soins dentaires

Le tarif le plus élevé dans les soins courants est de 81.94 €.
Acte remboursé  à 70 % par la sécurité sociale soit 57.36 €.
Le reste à charge 24.58€  (30%) étant payé par le patient ou son éventuelle mutuelle.
Les plus défavorisés de nos concitoyens qui bénéficient de la CMU sont pris en charge à 100%.

Ces tarifs sont les plus faibles de tous les pays de niveau de vie comparable, voire de tous les pays européens.

N’ ayant par ailleurs pas été réévalués depuis des décennies, totalement déconnectés du coût de la vie, contrairement aux prélèvements obligatoires de sécurité sociale et aux cotisations des mutuelles, révisées tous les ans et outrageusement inflationnistes (voir plus bas), la majeure partie de ces actes est réalisée en dessous de leur coût de revient c’est-à-dire à perte par le chirurgien-dentiste.

C’est donc un mensonge d’affirmer que les français ne peuvent pas accéder aux soins dentaires.

La prothèse dentaire

Les tarifs français sont  dans la moyenne européenne : les prothèses dentaires ne sont pas  plus chères en France que dans les pays de niveau de vie comparables, elles sont seulement très mal remboursées.

Si l’on prend le tarif moyen d’une couronne céramique en France, environ 600 €, la base de remboursement est actuellement de 107.50€, inchangée depuis 1986.
La sécurité sociale  rembourse 70 % de 107.50 soit 75.25€.
Le  reste à charge, soit 524.75€  sera donc payé par l’assuré et par sa  mutuelle complémentaire.

On rappellera que le chirurgien-dentiste n’est pas un commerçant, il n’achète pas un produit préfabriqué pour le revendre en appliquant une marge bénéficiaire : il  réalise un acte médical, unique, différent d’un patient à l’autre, qui engage sa  responsabilité et nécessite de nombreuses étapes.
Dans le coût de la prothèse intervient le plateau  technique c’est-à-dire le matériel du cabinet dentaire, les frais de personnel, les coûts de fonctionnement fixes, le coût de la formation continue, le coût du prothésiste, etc… comme dans toute entreprise.
Le bénéfice moyen d’un cabinet dentaire avant impôts étant entre 30 et 40 % du chiffre d’affaire (source : associations de gestion agréées)

C’est encore un mensonge d’affirmer que la prothèse dentaire est plus chère en France qu’ailleurs, son remboursement est seulement très faible à cause du désengagement de la sécurité sociale et des assurances complémentaires.
Nous mettons au défi quiconque de trouver un autre acte médical non revalorisé depuis 1986 (24 ans, une génération !)

Les mutuelles

Elles dépensent annuellement des millions d’euros en publicité ou en sponsoring sportif pour recruter des adhérents, ces millions d’euros sont payés par les cotisations de ces mêmes adhérents.
Alors, lorsque le président de la  mutualité française pleure sur toutes les chaînes de radio et de télévision et annonce une inéluctable augmentation des cotisations en 2011, on est vraiment triste pour lui.

D’autant qu’un simple petit calcul arithmétique permet de se rendre compte  qu’un grand nombre de mutuelles complémentaires souscrites par les français ne servent absolument à rien si ce n’est grever leurs finances personnelles au bénéfice des assureurs.

Prenons une mutuelle qui annonce généreusement un remboursement de 100 % sur une couronne céramique de 600€ : après remboursement de la sécurité sociale de 75.25€, le remboursement effectif par la mutuelle sera donc de 32.25€
Le reste à charge pour l’assuré sera donc 492.50€

Il est très facile de se rendre compte que pour un besoin ponctuel,  le recours à une mutuelle n’est absolument pas « rentable » pour un  assuré normal, les cotisations annuelles dépassant de très loin le montant à charge pour l’assuré.
Mais cela il ne le saura que le jour où il fera appel à sa complémentaire, souvent après des années de cotisations qui auraient pu être utilisées pour se constituer une réserve financière de sécurité.
Pourtant on incite fortement les français à souscrire à une complémentaire santé, pourquoi ?

Pour rappel les grosses pathologies, les interventions chirurgicales importantes sont prises en charge à 100% par la sécurité sociale.

Le flou savamment entretenu par les mutuelles sur les taux de remboursement lors de la souscription du contrat et les « plateformes  de conseil » orientant leurs adhérents vers les tarifs les plus bas possibles au détriment de la qualité dans le seul but d’augmenter leurs profits devraient inciter les français a être plus regardants dans leur choix, voire sur la nécessité de ce choix.

Les  mutuelles viennent d’ailleurs de  se faire épingler par l’association de consommateurs Que Choisir sur l’opacité de leurs tarifs, l’impossibilité de comparer les prestations et le faible rendement des remboursements  par rapport aux cotisations payées qui ont augmenté de 44% entre 2001 et 2008 !

Quelques extraits du communiqué :

« – L’absence de logique concurrentielle dans le secteur des complémentaires en santé. L’atomisation du marché -avec plus de 870 établissements habilités-, la multiplicité des tarifs qui composent un contrat de complémentaire et la variété des modes de description (en pourcentage du tarif de sécurité sociale, au forfait, au réel) ne permettent pas la moindre comparaison des contrats de complémentaires. Confronté à des contrats illisibles et incomparables, le consommateur ne peut pas jouer son rôle de régulateur du marché !

– Une inflation des primes sans rapport avec les remboursements. Dans un marché non-régulé, les primes de complémentaires santé ont connu l’inflation la plus spectaculaire des dépenses de santé avec une progression de 44% par personne couverte entre 2001 et 2008, et ce, alors que les prestations de remboursement ne progressaient que de 27%. Parallèlement, les sommes prélevées par les organismes complémentaires qui n’étaient pas reversées aux assurés passaient de 43 euros par personne couverte à 120 euros, soit une inflation de +182% ! Plus grave encore, la possession d’une complémentaire exige des 20% de ménages modestes qu’ils consacrent 10% de leur budget à son acquisition. »

 

Au final, l’association demande « la mise en place d’un indice du taux de redistribution de chaque organisme au niveau des contrats de complémentaires santé pour permettre au consommateur de connaître la part des primes prélevées consacrée aux remboursements. »

C’est toujours un mensonge de faire croire que les mutuelles sont des entreprises philanthropiques, leur but est gagner de l’argent, et qu’elles sont indispensables pour être soigné correctement.

En conclusion :

Les chirurgiens-dentistes lassés des fausses informations distillées par les plateformes » informatives » financées par des mutuelles inflationnistes, des campagnes de dénigrement orchestrées depuis quelques mois (dans quel but ?), de  l’inertie de pseudo syndicats censés défendre leur honneur et leurs intérêts seraient bien inspirés de se prendre en main individuellement, de faire une photocopie de ce communiqué et de le remettre à leurs patients afin que certaines vérités soient rétablies.

Le but n’étant pas de faire pleurer sur son sort mais simplement de permettre aux patients de connaitre la réalité de la situation, de se faire leur propre opinion et de prendre des décisions loin de la désinformation relayée par les médias et des journalistes aussi peu intègres que talentueux.

source : Que choisir

 

 


50 commentaires pour : “3 vérités sur la chirurgie dentaire en France”

  1. Ça c’est un coup de gueule 😉

    J’ai justement une couronne et un implant à faire 😉 Et je vais douiller je sens ….

    • jaffresNo Gravatar dit :

      T’inquietes pas c’est posé sous anesthésie ! et estimes toi encore heureux que ton dentiste s’est formé pour. Pour le prix, je te parie que sur 15ans ca te coutera 10 fois moins cher que ton abonnement de mobile !

    • Dr G.No Gravatar dit :

      Fais gaffe Lionel ! Sont à cran les dentistes en ce moment ! 😉

  2. mutuelleNo Gravatar dit :

    Il existe des mutuelles dentaires qui remboursent très bien l’orthodontie et les implants… Il est judicieux d’utiliser un comparateur mutuelles pour afficher les assurances santé en fonction des besoins santé.

    • Dr G.No Gravatar dit :

      Certes mais on sait très bien (enfin surtout ceux qui voient ça tous les jours) que la majorité des mutuelles « classiques » n’ont aucun intérêt pour le patient.

    • jaffresNo Gravatar dit :

      super ! comparons le cout mensuel d’un implant sur sa durée de vie et le cout de ta super mutuelle sur la meme durée !

    • jaffresNo Gravatar dit :

      En tout cas « mutuelle » tu devrais penser à une mutuelle qui n’assure que pendant la durée des soins ca ferait un carton !

    • jaffresNo Gravatar dit :

      « Mutuelle » souscrire une mutuelle en fonction des besoins de soins s’appelle un crédit. Mais comme les choses sont bien faites de nos jours il suffit de changer de bureau dans ta « banque assurance » ou « assurance banque » pour trouver le bon conseiller. Mais je n’ai pas encore vu de pub sur l’interet d’un « crédit dentaire » ! pour les assurances santé par contre on ne sait plus ou donner de la tete !

    • king_zoulouNo Gravatar dit :

      Ouais, faudrait juste qu’elles ouvrent des succursales en France les dites mutuelles, parce qu’au jour d’aujourd’hui, c’est foutage de gueule et compagnie.

  3. Dr orthoNo Gravatar dit :

    génial l’article, mais il y a une erreur:les soins d’orthodontie sont plus mal lotis que la prothèse.
    Ils n’ont pas été réévalués depuis MARS 1973 soit 37 ans! Qui dit mieux.

  4. carapakiNo Gravatar dit :

    Moi je dis bravo,
    cet article est parfait, bien rédigé , clair et précis.
    Enfin un article relatant la vérité. Dommage qu’il n’ait pas été écrit par un journaliste de « Libération » ou de « 50 millions de consommateur »….

    • Dr G.No Gravatar dit :

      Merci mais il faut croire que les journalistes sont plus intéressés par le sensationnalisme et la démagogie que par la simple vérité quotidienne.

  5. growlyNo Gravatar dit :

    bravo!

    c’est plus que sûr qu’au moins l’option dentaire d’un contrat de complémentaire santé est tout à fait inutile.

    • Dr G.No Gravatar dit :

      Reste plus qu’à faire entrer ça dans la tête de nos patients, ya du boulot ! 😉

      • jaffresNo Gravatar dit :

        En tout cas vu les millions d’euros dépensés par les mutuelles en pub c’est au moins juteux pour elles ! la seule facon de les contrer c’est au quotidien en expliquant aux patients encore et encore leur inutilité n’entend t’on pas trop souvent  » mais ca fait 10 ans que je n’ai pas eu de dépenses dentaires et ils me remboursent 3 fois rien « . La seule facon pour un patient d’etre gagnant c’est 1. avoir beaucoup de travaux prothétiques à faire et de 2 se retirer de la mutuelle une fois ceux ci effectués mais attention aux forfaits de remboursements les 2 ou 3 premieres années !

  6. Dr HebkenNo Gravatar dit :

    Bonjour et merci,
    je n’aurai pas dit mieux…

  7. carapakiNo Gravatar dit :

    Serait il pensable qu’un jour on puisse voir un reportage de Capital qui au lieu de parler de la marge soit disant faramineuse des dentistes, parlerait des profits des assurances sur les cotisations de leurs assurés? Je crains de déjà connaitre la réponse à cette question. De toute façon dans la tête des français il est normal de perdre de l’argent à cotiser même si cette somme ne sert pas à grand chose( surtout pour ceux qui cotisent) alors qu’il est presque honteux de faire des profits et de gagner un peu mieux sa vie que son voisin.

    • Dr G.No Gravatar dit :

      Ca serait pensable le jour où les dentistes dépenseraient en pub radio-tv-presse la même chose que les assureurs … 😉
      Mais bon, faut pas non plus désespérer, on commence à entendre des journalistes dénoncer les dérives sensationnalistes et racoleuses de leur profession…

    • KeenaNo Gravatar dit :

      Les assurances gèrent des risques mais uniquement pour leurs profits. C’est la seule activité qui n’a pratiquement aucune possibilité de faire faillite. En cas de dépenses imprèvues ils leur suffit d’augmenter les cotisations et le tour est joué, elles peuvent pratiquement planifier leurs bénéfices …. mon garagiste en rêve !

  8. AntoineNo Gravatar dit :

    Anecdote : je reviens d’Australie où j’ai du, par précaution, aller faire vérifier 1 dent. Bilan pour 10mn de « regardage » + 1 radio : 55€.
    Depuis que je suis en France, j’ai été chez le dentiste, là aussi pour contrôler : 10mn de contrôle + 1 radio : 21€.

    No comment, niveau tarif il n’y a pas photo. La France n’est pas chère (ou alors c’est l’Australie qui est hors de prix 🙂 )

    • Dr G.No Gravatar dit :

      Merci pour l’exemple.
      Il y a pourtant des actes encore plus sinistrés que la consultation : les dentistes français font aussi des extractions à 33€, actes non dénués de risques, qui nécessitent une anesthésie et parfois une petite chirurgie.

  9. mutuelleNo Gravatar dit :

    Je me suis fais poser pour ma part deux dents en céramique et à l’époque je n’avais pas de mutuelle :)résultat des courses plus de 1000 euros à ma charge et, comme vous le savez un remboursement plus que minime de la part de la sécurité sociale 🙁

  10. Chirurgie dentaire en France dit :

    […] http://www.blogdentiste.com […]

  11. […] Ce n’est d’ailleurs pas surprenant, cela fait 30 ans que ça dure. […]

  12. […] Encore une fois il est mensonger de dire que les Français ne peuvent accéder aux soins dentaires. […]

  13. Dr BricodentNo Gravatar dit :

    La dernière revalorisation des coefficients de prothèse dentaire fixe/mobile remonte à ….
    bin je vais te le dire …: Raymond Barre .
    maintenant si tu es jaloux à regarder dans l’assiette du dentiste , commence par essayer de faire ce boulot .
    comme les vidangeurs , de temps en temps les mains DEDANS .
    et puis si tu fais Concevoir,Réaliser , Créer et Sceller une couronne par le praticien que tu auras choisi
    c’est mieux que Ton Ipad , Ta BM/Ôdi/Merco,Ton séjour au soleil
    car c’est 24h/24h; 365 J/AN, et XXXXX années en fonction et en bouche.
    divise le temps que tu poses ton ….enfin tu vois quoi ….ton ….sur un transat , un siège deBmÔdimercô
    par l’investissement et apprécie . enfin si tu veux voir clair !

  14. […] reçoit depuis toujours préalablement un devis qui mentionne le montant total, le remboursement (indigent et inchangé depuis 25 ans) de la sécurité sociale et le reste à charge, éventuellement complété par  sa […]

  15. […] Pourtant les chirurgiens-dentistes continueront à assurer la prise en charge de la santé bucco-dentaire de leurs concitoyens avec conscience et professionnalisme tout en rêvant de pouvoir enfin pratiquer la dentisterie du XXIème siècle avec autre chose que la nomenclature et ses honoraires de 1986. […]

  16. […] un mot sur les tarifs de soins les plus bas d’Europe non revalorisés depuis des lustres, sur la raréfaction du personnel pourtant indispensable (1 assistante pour 3 chirurgiens-dentistes […]

  17. SiteNo Gravatar dit :

    Votre point sur les mutuelles me fait plaisir. C’est un discour que l’on entend bien trop peu en France. Il est important de rappeler que la souscription à une mutuelle n’est bénéficiaire que dans une minorités de cas. La plupart des souscripteurs à une mutuelle gagneraient à économiser chaque mois le montant de leurs cotisations et à se servir de ces mêmes économies pour payer des soins dentaires lorsqu’ils sont utiles.

    J’ai souscrit pendant 8 ans à une mutuelle extrêmement couteuse via mon ancien employeur, et n’en ai jamais vraiment eu l’utilité.. Pour les deux autres points de l’article, je suis assez d’accord aussi.

  18. […] indiquant le montant total des honoraires, l’indigent remboursement de la sécurité sociale inchangé depuis 25 ans et le reste à charge pour le patient. Il lui appartenait ensuite de se tourner vers sa mutuelle […]

  19. eoileNo Gravatar dit :

    Bien dit! c’est ce que je répète chaque jour à mes patients, concernant les Mutuelles. Je leur dit de se constituer leur propre Mutuelle en se constituant un compte épargne-santé avec les cotisations qu’ils verseraient à une mutuelle!

    • DrG.No Gravatar dit :

      Nous sommes un certain nombre à procéder ainsi pour contrer la désinformation ambiante mais ce sera un travail de longue haleine…

  20. audfrayNo Gravatar dit :

    Explication tres claire.On comprend mieux.

  21. Dr QuenotteNo Gravatar dit :

    Plutôt que de parler de mutuelle, dont le principe est non-lucratif, vous devriez parler dans vos explications d’assurances complémentaires santé.
    En attendant que l’on interdise aux entreprises avec des fonctionnements non mutualistes de s’appeler « mutuelle », afin de ne pas tromper le patient…

    • DrG.No Gravatar dit :

      On peut en effet préciser les choses mais le but est d’expliquer un système.
      Quant aux mutuelles « à but non lucratif » permettez moi de pouffer, qui peut encore croire cela ? 😉

  22. JackNo Gravatar dit :

    En fait, cotiser a une mutuelle c’est comme jouer au casino ou aux courses, on est rarement gagnants! Autant se constituer une caisse de secours en epargmant chaque mois, cela risque de s’averer bien plus rentable…et surtout s’investir d’avantage dans la prevention.

    • DrG.No Gravatar dit :

      Tout à fait d’accord mais là ce sont avant tout les mentalités qu’il faudrait changer.
      Et ce n’est sûrement pas dans une période où les caisses sont vides que l’on risque de trouver des moyens pour la prévention, rentable à long terme.

  23. Ni-a-garoNo Gravatar dit :

    Bravo l article. Mais pourquoi le conseil de l’ordre des dentistes ne prend il pas officiellement la parole ?? Curieux non ?? Ça en dit long sur son rôle. Messieurs de l’Ordre , plutôt que d’en être le Conseil , faudra enfin un jour penser à en mettre.

  24. mopoNo Gravatar dit :

    Je me permet de répondre sur la dernière partie qui est assez floue ce qui est étonnant pour un site cherchant a faire tomber les préjugés.

    Tout d’abord le terme mutuelle est inexacte les frais de santé peuvent etres remboursé par des compagnies d’assurance ou des mutuelles.

    Ensuite une mutuelle peut annoncer 100% mais 100% de quoi :

    100% du ticket modérateur : votre calcul est exact
    100% de la base de remboursement (sécu exclue) elle va rebourser 107.5€ soit plus de 3 fois le remboursement qu’annoncé dans l’article
    100% des frais réels elle remboursera 600€ soit 18 fois le montant annoncé.

    De plus une mutuelle n’est pas limitée a 100% on peut retrouver 200% 300% etc.

    Une mutuelle n’est pas rentable pour un assuré normal : c’est exact le but des mutuelle n’est pas de faire en sorte que ses assurés gagnent de l’argent ca serait économiquement peu viable , mais le but est de prévenir les gros rique et les accoups de trésorerie.

    C’est la même chose pour une assurance auto habitation etc.

    Je suis tout a fait d’accord sur les barèmes de remboursement qui ne sont pas clair d’une compagnie a une autre une harmonisation serait bénéfique.

    Puisque 6 millions de consommateurs est important j’attire l’attention sur ce lien

    http://www.60millions-mag.com/actualites/articles/les_dentistes_plombent_le_budget_des_nbsp_menages

    Des dépassements d’honoraires injustifiés
    Des techniques plus onéreuses privilégiées

    étonnant que ce ne soit pas cité dans l’article.

    En ce qui concerne l’augmentation de 44% le chiffre n’a aucune source et mélange augmentation, imposition et taxation exceptionnelle ( une partie des vaccins H1N1 sont payés par les mutuelles)

    I est à noter que Le bénéfice moyen d’une mutuelle d’assurance avant impôts est bien en deca de 30 à 40 % du chiffre d’affaire

    Je suis donc étonné que lassé par les fausses information les chirurgien dentistes en propagent à leur tour

    • DrG.No Gravatar dit :

      Cher lecteur attentif,

      cet article avait pour but de rétablir quelques vérités, ce n’est pas une thèse.
      L’exemple chiffré n’est qu’un exemple pour montrer la duplicité des philanthropes que prétendent être les mutuelles : quand dans la colonne adhoc il est marqué 100%, généralement il y a une toute petite astérisque qui renvoie vite vers la réalité en tous petits caractères et en bas de page et c’est plus souvent sécu incluse que 100% des frais réels.

      Et dans le cas (rarissime) de 100% frais réel c’est en très gros et la petite astérisque précise « avec un plafond annuel de… 1000 ? 1200 ? euros » soit souvent bien moins que ce que coûte la cotisation.

      La différence entre une mutuelle santé et une assurance auto/habitation c’est que la première n’est pas obligatoire et encore moins pour être correctement soignée en France, contrairement à ce que veulent faire croire les assureurs et leurs lobbys.

      Votre lien est sûrement très intéressant mais n’étant pas devins il nous était difficile de le connaitre quelques années avant qu’il ne paraisse.

      A titre d’information l’extraction d’une dent chez un enfant de 5 ans est grassement rémunérée 16.77€, anesthésie (oui la seringue avec l’aiguille), pleurs, hurlements du petit patient et stress maxi du praticien compris.
      Il est vrai que là ça ne plombe plus grand chose, sûrement pas assez vendeur pour en faire un article.

      Comme vous avez l’air d’aimer les faits précis voici un autre lien qui vous intéressera sans doute : le livre auquel il est fait référence est sûrement beaucoup plus documenté et chiffré que les seules constatations quotidiennes de professionnels de terrain.

      http://www.bfmtv.com/economie/complementaires-sante-scandale-628002.html

      A moins que ce ne soient encore de fausses informations ? 🙂

  25. […] des mutuelles reines de la pub qui préfèrent sponsoriser des vélos ou des bateaux que correctement rembourser leurs adhérents […]

  26. phmNo Gravatar dit :

    Bonjour,

    J’habite en Belgique et il me semble que les tarifs sont similaires mais les remboursements un peu plus élevés. D’une manière générale, il faut toujours vérifier que notre mutuelle complémentaire / assurance hospitalisation couvre bien les frais dentaires et voir sous quelles conditions.

  27. […] dépense des centaines de millions annuellement en pubs débiles mais n’oublie pas d’augmenter sans justification aucune les cotisations de ses adhérents tout en diminuant ou plafonnant au passage les prestations les […]

  28. […] le sentiment aux français de cotiser pour du vent (75.25 € le remboursement sécu d’une couronne dentaire depuis 1988, qui dit mieux […]

Laisser un commentaire :

( Plus de 3 mots, en rapport avec le sujet, et 1 pseudo qui ne soit pas un mot-clé si vous souhaitez passer la barrière anti-spam. Bin oui, on fait ce qu'on veut ! )

Subscribe to RSS Feed Follow me on Twitter!