CA SERT A QUELQUE CHOSE UN CONSEIL DE L’ORDRE ? [article auto-sponsorisé]

 

Cranach l'ancien_qui en croquerait?Bin oui. Parfois.

Auto-contemplation de nombrils et affrontements musclés dans la blogosphère française ces derniers jours. Tout est parti de l’article d’un sympathique  blog de djeun’s au sujet des billets sponsorisés, autrement dit les publi-rédactionnels que l’on voit habituellement fleurir dans la presse écrite et qui commencent à envahir les blogs « influents » qui trouvent là un moyen d’arrondir les fins de mois. Rien de critiquable là-dedans, la notoriété attirant les lecteurs et ceux-ci les annonceurs.

La polémique portant sur le fait de faire du « sponsorisé » en le cachant ou en le disant sans le dire.

Donc on retrouve tous les avis dans les commentaires des blogs concernés ( on se croirait sur Doctissimo quand on parle des dentistes ) : les donneurs de leçon, les jaloux, les intégristes du truc, les agressifs, etc… Bref, rien de bien nouveau sous le soleil et qui nous concerne directement si ce n’est que l’on peut extrapoler cela au développement récent des sites internet professionnels.

Il est de bon ton de critiquer notre Ordre qui, avouons-le, n’est pas toujours à la pointe des évolutions sociétales (d’ailleurs serait-ce bien son rôle?) mais, à la lumière des éléments cités plus haut, on ne peut que se demander ce qu’il adviendrait si la charte ordinale édictée pour la création d’un site professionnel n’existait pas ?

A voir la prolifération des « coaches » et autres « optimiseurs de compétences managériales et organisationnelles » autour de nos professions, on peut en imaginer le contenu si aucune régulation autoritaire n’était imposée en amont.

Il est vrai que tous ces sites se ressemblent à tel point que l’on a du mal à en voir l’intérêt. D’ailleurs la démographie professionnelle étant ce qu’elle est, certains confrères envisageront plutôt un jour de disparaitre des annuaires ou de retirer leur plaque afin de limiter la pression des patients.

Mais arriver en première page de google quand on tape le nom de la ville de 5000 habitants où exercent 3 praticiens semble pourtant en ravir d’autres, bien que le référencement internet, à l’inverse des pages jaunes, et la « maintenance » d’un site aient un coût non négligeable (pour l’utilisateur et encore plus quand il est dentiste, mais c’est un autre débat).La prolifération des créateurs duplicateurs de sites web ces derniers mois est suffisamment explicite.

Alors, créer un site professionnel pour renseigner ses patients (horaires d’ouverture, emplacement, plateau technique…), « communiquer » de façon moderne, se faire plaisir, assumer son gros égo, pourquoi pas ?

Mais avec des règles identiques pour tous, laissant les marchands du temple devant la porte, et dans le respect d’une déontologie minimale afin d’éviter les dérives inévitables lorsque l’on demande à des individus différents de s’autoréguler eux-mêmes.

C’est le rôle du Conseil de l’Ordre d’y veiller.

Bien que cette opinion soit fort bien argumentée et incontestable, éventuellement, vous, les lecteurs silencieux, vous en pensez quoi ?

 


4 commentaires pour : “CA SERT A QUELQUE CHOSE UN CONSEIL DE L’ORDRE ? [article auto-sponsorisé]”

  1. GonzagueNo Gravatar dit :

    Je ne connais pas assez le métier de dentiste pour t’éclairer 😉

  2. samuelNo Gravatar dit :

    Je partage cette idée d’avoir des règles communes et identiques pour tous. Il faut une déontologie au moins minimale afin d’assurer une information fiable, professionnelle, et de grande qualité pour les patients. Notamment une certification de la validité de ces informations.

    Et cela justement du à la prolifération d’information en tout genre sur internet. Mais qu’en est-il de la charte du conseil de l’ordre créée le 15 mars 2008 sur la diffusion d’information des praticiens sur internet ? Qui la respecte fondamentalement ?

  3. Dr G.No Gravatar dit :

    @Gonzague: tu m’as déjà éclairé sur les billets sponsorisés. Et c’est vrai que quand tu éclaires, ça fait du bruit… 😉

    @Samuel: ce n’est pas tout de faire des règles, encore faut-il les faire respecter. Et là pas vraiment sûr que l’Ordre en ait réellement les moyens.Mais sincèrement, quand on regarde les sites existants, il n’y a pas trop de débordements. Hormis les quelques éternels « hors la loi » qui eux, de toute manière, ne respectent rien ni personne. Et non, on ne citera pas de nom. 😉

Laisser un commentaire :

( Plus de 3 mots, en rapport avec le sujet, et 1 pseudo qui ne soit pas un mot-clé si vous souhaitez passer la barrière anti-spam. Bin oui, on fait ce qu'on veut ! )

Subscribe to RSS Feed Follow me on Twitter!