CCAM dentaire : nouveau sursis indispensable avant chaos total !

 

le chaos !!!




Un mois et demi après la date théorique d’entrée en vigueur de la CCAM dentaire force est de constater que c’est le chaos annoncé.

Il fallait être particulièrement optimiste (stupide ?) pour penser qu’un bouleversement de cette ampleur pouvait se décréter et qu’il suffirait d’un peu de bonne volonté pour le réaliser.

Nos visionnaires « décideurs » de la CNSD et de l’assurance maladie doivent être bien déconnectés du terrain pour n’avoir pas anticipé qu’un logiciel entièrement remanié ne
peut fonctionner le jour J. sans être préalablement testé au quotidien et que les inévitables bugs n’apparaissent qu’à l’usage.

Sans compter la formation indigente des personnels des caisses de Sécurité Sociale et des mutuelles qui bien souvent n’y comprennent rien et se bornent à rejeter les feuilles de soins qui reviennent dans les cabinets dentaires « pionniers », certainement ravis de défricher le terrain pour leurs confrères plus timorés…

Les médecins dont on nous vante la réussite du passage en CCAM ont eu un an pour le réaliser, avec dans la plupart des spécialités quelques (dizaines de) codes à comparer avec les 650 que l’on nous a réservé.
Certes nous sommes plus intelligents, nous.

Lors d’une récente réunion professionnelle, petit sondage de la vingtaine de confrères présents : AUCUN n’avait fait la bascule NGAP/CCAM.


Pour les esprits suspicieux il ne s’agissait pas de la réunion d’un éventuel syndicat séditieux mais d’une banale soirée de formation post-U avec dans le lot plusieurs confrères adhérents CNSD qui n’étaient pas les moins remontés.

Si les chiffres officieux qui reviennent de diverses CPAM confirment les 8 à 10 % de cabinets dentaires qui auraient à ce jour basculé en CCAM, on peut imaginer ce qu’il adviendrait aujourd’hui si la profession entière avait suivi le mouvement.

Et ce ne sont pas les puériles manœuvres d’enfumage de la CNSD qui fait témoigner sur son site la douzaine d’adhérents/cadres (personne d’autre sous le coude ?) « globalement » satisfaits du passage en CCAM qui y changera quelque chose : cette CCAM est déjà un fiasco.

  • Fiasco dans sa conception « usine à gaz », totalement incohérente pour un cerveau sain.
  • Fiasco dans sa mise en œuvre teintée d’amateurisme, bâclée, irréfléchie et néfaste pour nos petites structures
  • Fiasco dans sa finalité : à qui faire croire que l’argent que l’on ne voulait pas mettre dans le dentaire hier sera miraculeusement disponible demain ?
  • Fiasco pour les praticiens qui ont déjà suffisamment ingurgité de nouvelles normes, contraintes et vexations ces dernières années sans avoir besoin d’en rajouter
  • Fiasco pour les patients à qui cette CCAM n’apporte rien et surtout pas une meilleure prise en charge de leurs soins ou de meilleurs traitements

Alors à qui profite le crime ?

En dehors des arrivistes professionnels, des vendeurs de formations payantes en tous genres, des éditeurs de logiciels qui vendent du rattrapage de maintenance à tout va et des Caisses et autres mutuelles qui vont pouvoir mieux fliquer l’activité quotidienne des cabinets dentaires et exploiter au mieux des adhérents de plus en plus captifs, on ne voit pas.
 

Aujourd’hui la colère est grande, on touche à la survie de nos petites structures en créant inutilement des problèmes sans aucun bénéfice concret ni pour nous ni pour nos patients, juste pour la satisfaction béate de quelques égos démesurés.


La date butoir théorique de passage NGAP/CCAM a été reportée une première fois du 1er juin au 31 juillet.

C’était fort judicieux quand on imagine les étudiants-remplaçants de l’été lâchés dans les cabinets dentaires, les hotlines dans la torpeur d’août et les personnels stagiaires des CPAM en pleine l’action sans compter cette épée de Damoclès qui va flotter dans l’esprit des praticiens en vacances.

Sans compter la galère des confrères travaillant en zone de forte affluence touristique qui ont d’autres préoccupations que de passer des heures à appeler des hotlines aux abonnés absents pour résoudre des problèmes qui n’existaient pas il y a 2 mois.

On sait bien que mea culpa et autocritique sont des mots inconnus chez nos grands visionnaires décideurs qui planent bien haut au dessus du petit peuple besogneux mais il est urgent d’annoncer un nouveau report, de plusieurs mois voire en fin d’année.


Sinon il est à craindre que ce chaotique fiasco ne se transforme en Bérézina absolue avec les conséquences que l’on imagine sur tous les intervenants.

A bon entendeur !

 


6 commentaires pour : “CCAM dentaire : nouveau sursis indispensable avant chaos total !”

  1. bayartNo Gravatar dit :

    bien résumé !

  2. carapakiNo Gravatar dit :

    Je me répète mais pourquoi ce blog n’est pas plus commenté et lu car en tant que chirurgien dentiste libéral je m’y retrouve totalement comme beaucoup d’autres confrères s’y retrouveraient s’ils avaient connaissance de ce blog!
    FAITES DU BRUIT!!!!
    Tout ce que vous dites est juste et impartial.
    Continuez et bon courage à tous.

  3. YLR77No Gravatar dit :

    Usine à gaz totale !! incohérence entre codes fournis aux prestataires et codes réels de la CCAM. Pression également dogmatique, pardon, psychologique, sur le praticien par appel direct au téléphone une semaine avant le 1/11/2014 ! pour « bien savoir si on va le faire »….  » Pas de répit pour les retardataires » avec un ton digne de l’époque stalinienne ou autre. Les CPAMs sont-elles prêtes…? Les mutuelles sont-elles prêtes ? surtout lorsqu’une interlocutrice vous indique qu’elle ne connaît pas encore le SPR50 ? Bonjour la gamelle…!!
    A vos postes, on va rire…
    NON, je ne suis pas un numéro !!

  4. CaronNo Gravatar dit :

    Et donc 2 ans après
    Ou est le chaos ?
    Toujours étrange de relire des articles avec le recul
    Quel fiasco pour les détracteurs ….

    • DrG.No Gravatar dit :

      C’est vrai que ça a super bien fonctionné, tellement bien que ça a été repoussé parce que personne n’était prêt.
      Sans compter le coût induit dans les cabinets (formations payantes, perte de temps, informatique à changer, logiciels pas à jour…)
      2 ans après il suffit de se rendre sur des forums professionnels pour voir les difficultés encore existantes pour coter un simple bridge 4 éléments.
      Tout ça pour ça …

Laisser un commentaire :

( Plus de 3 mots, en rapport avec le sujet, et 1 pseudo qui ne soit pas un mot-clé si vous souhaitez passer la barrière anti-spam. Bin oui, on fait ce qu'on veut ! )

Subscribe to RSS Feed Follow me on Twitter!