Français, ta dentisterie fout le camp !

 

La santé bucco-dentaire des français, pas cher !
Le français moyen dont on connait la propension atavique à jalouser son voisin est actuellement bien nourri grâce aux annonces gouvernementales relayées à l’envi par des médias aux bottes de leurs annonceurs, mutuelles et autres sociétés pas claires du tout, ces grands philanthropes du XXIème siècle.

Ce même français à qui on répète du matin au soir que « le dentiste c’est cher », que « le dentiste vit de sa « rente » monopolistique, que le dentiste est un gros méchant qui ne pense qu’à lui prendre ses sous.
Alors que l’état et ses sponsors occultes, eux, vont lui rendre du « pouvoir d’achat » mais après qu’il soit passé à la caisse, faut pas déc. non plus.

Ce français enfin qui dans quelques années viendra pleurer que l’on ne peut plus se faire soigner que dans les réseaux-usines à dents détenus par les grands groupes financiers « mutualistes », assurantiels ou bancaires qui imposeront leurs critères médicaux qui chez eux s’appellent rentabilité.

Et quand on parle de « soigner », faut pas rêver: le soin basique, la carie débutante, le détartrage à 28,92€ la demi heure, la prise en charge de la « rage de dents » en urgence le vendredi a 18h00, pas assez cher mon fils!

Mais rassure toi, la nature a horreur du vide: cela sera avantageusement remplacé par des « protocoles » offrant un ROI (retour sur investissement) en adéquation avec les « objectifs » des actionnaires.
Le tout orchestré par une « équipe managériale » de jeunes loups fraîchement sortis d’écoles de commerce mais dont le dentiste ne sera plus qu’un simple rouage exécutant et fortement incité à rentabiliser.

En deux mots français moyen, toi, mais ça marchera aussi pour moi, tes gosses ou les miens, si tu n’as pas au moins un implant ou une couronne made in rentabilité maxi à réaliser, passe ton chemin… et dém…. toi !

Parce que tu sais, « ton » dentiste, celui qui était au coin de ta rue ou près de ton travail, qui te recevait en urgence pour les petits bobos du quotidien au détriment de son organisation et de « sa » rentabilité, il aura disparu.
Le mouvement a déjà commencé.
Tu te rappelles des pompistes ou des petits épiciers de ton quartier ?

Alors regarde bien la petite séquence qui suit, elle sera bientôt collector.
Fais toi ton opinion perso pour une fois et demande toi qui sont les privilégiés, les rentiers dans ce pays, pense au directeur de mutuelle collectionneur de 7 Porsche, aux comptes en Suisse les yeux dans les yeux… : à qui profite le crime ?

(Avant n’oublie pas d’arrêter radio et télé, la pub mutualiste en boucle nuit à la réflexion)

 


 
 

 


Laisser un commentaire :

( Plus de 3 mots, en rapport avec le sujet, et 1 pseudo qui ne soit pas un mot-clé si vous souhaitez passer la barrière anti-spam. Bin oui, on fait ce qu'on veut ! )

Subscribe to RSS Feed Follow me on Twitter!