La CCAM dentaire : fiasco pour les uns et cauchemar pour les autres…

 

crash !!!







 

 
 
Cette merveilleuse avancée pour la dentisterie française, oui on parle bien de la CCAM dentaire, après parait-il un décollage en fanfare oscille (déjà) entre fiasco et cauchemar.

Le fiasco

Fiasco pour la CNSD qui a survendu le truc à la profession en pensant probablement que plus c’est gros, plus ça passe.

Pas sûr que le rétropédalage en catastrophe rejetant les pourtant prévisibles problèmes sur les éditeurs de logiciels et ces crétins de dentistes râleurs qui décidément ne comprennent pas qu’il
faut souffrir pour atteindre l’extase, même contre son gré, masque encore l’impréparation et l’amateurisme du plus gros changement qu’ait connue la profession depuis des lustres.

Pourquoi tant de précipitation, on se le demande ?
En fait non, on ne se le demande plus, tout le monde a compris.

Fiasco pour la Sécu qui, malgré toutes les prommesses lors des réunions avec les professionnels, n’est pas prête partout et a déjà des problèmes d’interprétation de certaines télétransmissions.
Sans compter que les feuilles de soins papier, sensées permettre de compenser les inévitables bugs de départ, en plus d’être ergonomiquement catastrophiques, arrivent en retard quand elles arrivent.

Fiasco pour les mutuelles dont certaines ont à peine entendu parler de la CCAM qui va pourtant leur permettre à terme, bien aidées par la scélérate loi Le Roux, de monter ces réseaux de soins qu’elles appellent depuis si longtemps de leur vœux.
Le tout au détriment des professionnels et des patients, ces derniers ne réalisant pas encore ce qui les attend.

Fiasco pour les éditeurs de logiciels qui font une fois encore tester leurs produits par ces béta clients que sont les dentistes et ont au passage profité de l’occasion pour engranger la manne de la formation et des mises-à-jour.
A leur décharge il était évident qu’une telle usine à gaz ne pourrait pas être fonctionnelle le jour J. surtout quand les ultimes versions de la CCAM sont fournies à quelques jours de l’échéance.

Il faut être totalement déconnecté de la vie réelle d’un cabinet dentaire pour imaginer le contraire, apparemment nos décideurs-visionnaires ne voient guère plus loin que le bout de leur nez.

Le cauchemar

Extrêmement charitables nous sommes catastrophés par le plantage annoncé et tellement prévisible des acteurs de cette grosse daube de CCAM mais qu’ils aillent quand même se faire f…. !

Parce que le cauchemar, le vrai, il est dans les cabinets dentaires à qui on a juré la main sur le cœur, les yeux dans les yeux, que « non, il n’y aura pas de report, il faut être prêt le 1er juin » à grand renfort de réunions et de plaquettes promotionnelles pour vendre des formations fort lucratives.

Le cauchemar c’est de se retrouver le matin avec toute l’informatique plantée et donc l’impossibilité absolue de travailler car pas d’informatique = pas de codage possible tellement il est illogique.
Restent beaucoup de patience et les feuilles de soins papier… si elles sont arrivées.

Le cauchemar c’est de s’apercevoir que son informatique qui fonctionnait parfaitement la veille est devenue obsolète et que le capteur radio à 7000, bin il n’est plus compatible avec la dernière version de vijulog.

Mais pas grave, dentiste de base-pigeon depuis toujours, mets la main à la poche et avec le sourire s’il te plait, c’est pour ton bien, tu ne peux pas comprendre.

La morale de l’histoire

La morale de cette belle histoire qui n’en est qu’à ses débuts est qu’il ne faut faire confiance à personne, surtout pas à ceux qui mentent effrontément dans leur seul intérêt, surtout quand celui-ci vous échappe encore…

La morale c’est aussi que de temps à autres il faut réfléchir avec sa tête et ne pas toujours compter sur les autres.

Et quand on trouve que trop c’est trop, que cela fait beaucoup de couleuvres avalées en si peu de temps, il faut savoir se prendre par la main et agir pour son avenir.

Des élections professionnelles ont lieu en 2015, exprimez-vous !

 

 


3 commentaires pour : “La CCAM dentaire : fiasco pour les uns et cauchemar pour les autres…”

  1. carapakiNo Gravatar dit :

    l’abus de CNSD est nocif pour la santé!! Fortement hallucinogène son utilisation prolongée peut entraîner son adhérent et ses confrères dans un état dépressif majeur…..ça me rappelle une certaine drogue.

  2. DebargeNo Gravatar dit :

    Je suis équipe depuis 2001 avec le logiciel visiodent qui nous a valu bp de déboires et bp d’incompréhension par les dirigeants (ça c’est terminé par un procès ) et je vois que ça recommence , je suis syndiqué auprès du syndicat c… D et je m’aperçois que personne n’est au point pour ce changement la caisse SS le syndicat nous prend pour des pions et en plus le fournisseur de logiciel se sert de nous pour mettre au point le matériel , il faut une prise de conscience et nous laisser autant de temps que les médecins pour réguler notre travail , vous allez partir en vacances mettre un remplaçant et lui confier un outil de travail qui ne fonctionne pas et en plus qui va foutre par terre votre exercice ??????
    Messieurs les dirigeants réfléchissez pour votre avenir laissez nous du temps !!!!!!!!!

    • DrG.No Gravatar dit :

      Ce qui est scandaleux c’est que la cnsd ait poussé les confrères à faire la bascule au 1er juin alors qu’elle savait qu’il y aurait un délai supplémentaire.
      Ceux qui lui ont fait confiance sont dans la panade.
      Et maintenant elle se défausse sur les éditeurs de logiciels qui sont loin d’être les seuls coupables.
      La colère est grande dans la profession, il faudra que cela se paie à un moment ou à un autre, on ne joue pas avec l’outil de travail des gens pour d’obscures raisons d’intérêt personnel.

Laisser un commentaire :

( Plus de 3 mots, en rapport avec le sujet, et 1 pseudo qui ne soit pas un mot-clé si vous souhaitez passer la barrière anti-spam. Bin oui, on fait ce qu'on veut ! )

Subscribe to RSS Feed Follow me on Twitter!