Nouvelle convention dentaire 2012: préparez vos mouchoirs !

 

Les négociations conventionnelles dentaires 2012 sont engagées avec l‘assurance maladie.

Négociations ?
Plutôt monologue et replâtrage puisque l’on sait déjà que ce sera un nouveau marché de dupes pour la profession et donc pour les patients, l’assurance maladie ayant annoncé d’emblée qu’elle n’a pas d’argent à mettre dans le dentaire.

Ce n’est d’ailleurs pas surprenant, cela fait 30 ans que ça dure.

Il est certain que la santé bucco-dentaire des français est le cadet des soucis de nos dirigeants, de TOUS nos dirigeants, les futurs comme les anciens, plus démagogiques les uns que les autres et qui essaient de faire retomber la responsabilité de leur incurie sur les chirurgiens-dentistes.
La bonne vieille méthode du bouc émissaire, tellement pratique à quelques semaines d’échéances électorales.

Un petit rappel:

Les tarifs des soins dentaires en France sont les plus bas des pays Européens, remboursés à 70% , donc il est mensonger de dire que l’accès à ces mêmes soins est difficile voire impossible pour l’immense majorité.

Les bénéficiaires de la CMU sont pris en charge à 100%, soins ET prothèses.
Il est d’ailleurs amusant de constater que les chirurgiens-dentistes sont les SEULS professionnels à travailler à des tarifs inférieurs pour les bénéficiaires de la CMU: à quand un tarif de la baguette de pain, du paquet de cigarettes ou du chariot de courses « spécial CMU » ?

Le tarif des prothèses est dans la moyenne des pays à niveau de vie comparable mais avec des remboursements NON revalorisés depuis presque 30 ans.
On comprend pourquoi malgré le développement considérable du numérique et de la CFAO dentaire depuis les premiers travaux du Dr Duret dans les années 70,  les cabinets dentaires hexagonaux hésitent à réaliser les importants investissements qu’impliquent ces techniques qui sont pourtant le futur de la dentisterie et se développent partout dans le monde.

La prise en charge d’une prévention précoce et de conseils hygiéno-diététiques, qui éviteraient en grande partie le recours à de futurs travaux coûteux, est totalement inexistante bien qu’assurée bénévolement par les chirurgiens-dentistes durant leurs consultations quotidiennes.

Mais les patients sont de moins en moins crédules: ceux qui consentent à être informés des conditions réelles d’exercice comprennent fort bien que l’on ne peut pas soigner aux normes de 2012 avec des tarifs de 1988.
Pour ceux qui préfèrent la désinformation quotidienne des journalistes racoleurs ou des politiciens populistes et démagogues qui promettent tout en sachant qu’ils ne tiendront rien, qu’ils continuent à avoir la dentisterie qu’ils méritent.

Quant aux syndicats dentaires, après la calamiteuse signature de la convention 2006,  ils seraient bien avisés de réfléchir à leur avenir avant d’engager toute une profession dont le ras le bol est de plus en plus perceptible, la politique du « c’est mieux que si c’était pire » semblant faire de moins en moins recette.
Et sans être devin on peut prévoir quelques surprises lors des prochaines échéances professionnelles.

 


Laisser un commentaire :

( Plus de 3 mots, en rapport avec le sujet, et 1 pseudo qui ne soit pas un mot-clé si vous souhaitez passer la barrière anti-spam. Bin oui, on fait ce qu'on veut ! )

Subscribe to RSS Feed Follow me on Twitter!