Nouvelle ministre de la santé, soins dentaires et déjà des approximations…

 

Ainsi les urnes ont parlé : nouveau président, nouvelle probable majorité, nouvelle ministre de tutelle, nouvelle façon de voir les choses.

Les mesures envisagées:

Dans une interview d’avant élections, la pressentie future ministre de la santé Marisol Touraine déclarait :

  • en premier lieu vouloir s’attaquer aux dépassements d’honoraires « car la situation est devenue insupportable, inaccessible pour nombre de nos concitoyens qui ont du mal à se faire soigner par des médecins spécialistes, sans parler des soins dentaires. »
  • ensuite généraliser le tiers payant

L’état actuel de la prise en charge:

Encore une fois il est mensonger de dire que les Français ne peuvent accéder aux soins dentaires.

Les plus démunis bénéficient de la CMU et de soins pris en charge à 100 % et financés en grande partie par la générosité imposée exclusivement aux chirurgiens-dentistes par le biais de tarifs spécifiques.
Ils contribuent en outre par l’impôt.

Les étrangers en situation irrégulière bénéficient quant à eux de prise en charge à 100% grâce à l’AME financée par l’ensemble des français.

Les tarifs des soins dentaires en France sont les plus bas de tous les pays comparables et remboursés à 70%.
Le soin basique d’une carie débutante coûte en moyenne 28,92€ dont 20,24€ remboursés par la sécurité sociale.

De plus les chirurgiens-dentistes ne pratiquent pas de dépassement d’honoraires mais des honoraires libres, à entente directe avec le patient, fixés avec tact et mesure sur les seuls actes prothétiques et après édition d’un devis préalable.

Et toutes les enquêtes montrent que les causes principales du renoncement aux soins précoces, ceux qui ne coutent rien, sont « la peur du dentiste » et la négligence des patients concernés.

Les conséquences des mesures proposées ?

Généraliser le tiers payant va une fois encore à l’encontre de la responsabilisation des patients qui ne savent pas ce qu’ils coûtent à la société et estiment « y avoir droit ».
Que le professionnel à qui un bénéficiaire de la CMU ait demandé combien il a coûté à la collectivité après parfois plusieurs mois de soins lève le doigt !

Mais le trou de la sécurité sociale n’est sans doute pas assez abyssal.
Et on embauchera sans doute quelques milliers de fonctionnaires pour gérer tout ça.

De plus cela pénalisera un peu plus les très petites structures que sont les cabinets dentaires, déjà submergés de contraintes administratives et dont, rappelons-le, 1 sur 2 n’emploie pas de personnel en France.

La limitation des dépassements d’honoraires pour les médecins quant à elle n’aura que pour effet que décourager l’installation des jeunes en ville : qui acceptera de faire 10 à 12 années d’études, d’endosser seul lourdes responsabilités, contraintes administratives ubuesques et horaires de travail quasiment double de la moyenne des salariés pour des consultations à 23 ou 28€ ?

Aujourd’hui seul un médecin sur 10 s’installe en libéral mais l’on se plaint quotidiennement des déserts médicaux, sans se demander pourquoi.
Bientôt soigner une banale grippe ou une gastro nécessitera le recours au milieu hospitalier, déjà le cas dans certaines régions.

Pourtant des solutions existent :

  • Prioritairement une éducation renforcée à l’ hygiène, tant bucco-dentaire qu’alimentaire, dont l’absence est la cause majeure de la carie dentaire : les enfants des chirurgiens-dentistes  ont généralement peu ou pas de problèmes dentaires, ils ne sont pourtant pas différents des autres enfants.
  • Ensuite des mesures coercitives pour les patients comme dans certains pays nordiques avec obligation au minimum d’une visite de contrôle annuelle.

Dans le cas contraire le remboursement des soins est diminué voire supprimé.

  • Et surtout la prise en charge, aujourd’hui inexistante, à leur juste valeur des actes de prophylaxie effectués par les chirurgiens-dentistes,  première barrière indispensable pour éviter les dégâts irrémédiables.

Il est plus gratifiant pour un professionnel d’être rémunéré en pratiquant du préventif ou des soins précoces peu invasifs que du curatif en urgence et souvent trop tard.

Bien sûr cela nécessiterait courage et volonté politique, une vision au-delà d’un mandat de 5 ans et surtout l’abandon de l’habituelle (et payante, apparemment) démagogie.

Celle qui consiste à faire porter la faute sur les méchants professionnels de santé ou les incompétents prédécesseurs tout en justifiant ou exonérant à coup d’approximations ou de contre-vérités la responsabilité des premiers concernés, les électeurs patients.

Autant dire que ce ne sera pas demain la veille.

La pluie, le vent, la grêle et même la foudre ont salué les premiers pas du normo-président qui a fini la journée rincé.
Il reste à souhaiter que ce ne soit pas prémonitoire et que les professions libérales ne finissent pas dans le même état à la fin de la mandature.

 


14 commentaires pour : “Nouvelle ministre de la santé, soins dentaires et déjà des approximations…”

  1. growlitoNo Gravatar dit :

    très bon billet comme dab!
    quand on voit que près de 40 % des Dentistes travaillent seuls et que les tarifs de soins sont quasiment les plus bas d’europe, il est tout à fait légitime de penser qu’il est faux de dire que nos gouvernants ont une vraie volonté politique de l’emploi. On préfère manifestement indemniser des chômeurs plutôt que d’injecter cet argent dans les secteurs économiques du vrai travail. A qui profite le crime ?

    • DrG.No Gravatar dit :

      Mmmm… vrai travail, faut pas dire ça, c’est mal… 😉
      Il est clair que le clientélisme des politiques en mal d’élection joue probablement sur leur volonté d’action.
      On trouvera toujours des moyens pour satisfaire certaines catégories, nous n’en faisons pas partie.
      Pas grave, on est habitué. 🙂

  2. manfredNo Gravatar dit :

    je ne comprends pas vous écrivez « une éducation renforcée à l’ hygiène, tant bucco-dentaire qu’alimentaire, dont l’absence est la cause majeure de la carie dentaire » . Il existe déjà des actions organisées par des comités départementaux d’éducation à la santé avec la participation de dentistes et avec des financements nationaux…Du coup je trouve ce billet approximatif en tout cas sur ce point.

    • DrG.No Gravatar dit :

      Oui il existe en effet des actions dans les écoles effectuées bénévolement avec le concours des chirurgiens-dentistes.
      Pensez-vous sincèrement qu’à l’ère des mc machin et cola truc, le dépistage de 60 ou 80 élèves dans une matinée soit une éducation renforcée ?
      Et puis c’est triste à dire mais l’éducation devrait prioritairement cibler les parents, ce sont eux les consomm aCteurs.

      • manfredNo Gravatar dit :

        Il me semble que vous faites preuve de beaucoup de préjugés en la matière. Des résultats sont constatés dans des départements. Dans l’Indre l’action est particulièrement suivie et le matériel est compétitif (vous parlez de l’I-bidule et compagnie) et les enfants dès le cp sont sensibilisés. Si les dentistes sont effectivement bénévoles il y a qd même des équipes de salariés qui travaillent toute l’année sur ce type de mission. Évitez de balayer leur travail d’un revers de bras.
        Je prends l’exemple du Cher où on a constaté que suite à l’action M’T dents « les résultats obtenus en 2010 par le département sur le taux de recours à l’examen bucco-dentaire restent encourageants : 49,4 % pour les 6 ans. Ces résultats place le département du Cher au 1er rang de la région Centre et au 15ème rang nationale pour cette tranche d’age. »

        • DrG.No Gravatar dit :

          Préjugés peut-être mais c’est aussi un peu mon métier 365 jours par an depuis un petit moment et les cd n’ont pas attendu l’apparition de M’T dents pour faire de la prévention.
          49.4% c’est bien. Restent 50 % …
          De toute manière les enfants à cet âge n’ont aucune responsabilité dans leur état bucco-dentaire mais chut, il ne faut pas stigmatiser les pauvres parents qui sont aussi des électeurs.
          Si visite annuelle obligatoire sinon pas de prise en charge de soins éventuels ce sera 95%, faut savoir ce que l’on veut.

          • manfredNo Gravatar dit :

            Vous pouvez avoir des années d’expérience dans votre domaine cela ne vous empêche pas de voir que des efforts sont fournis dans le bon sens par d’autres acteurs que les cd. Heureusement que vous n’avez pas attendu M’T Dent pour faire de la prévention et d’ailleurs là n’était pas l’intérêt de mon intervention, je souhaitais juste mettre en avant un point sur lequel je vous trouvais très catégorique. On ne peut pas dire que rien n’est fait en la matière alors que des missions et des projets existent et font leurs preuves même si je vous l’accorde il reste encore beaucoup d’effort à fournir. Si on ne devait agir qu’avec la certitude de faire 95% de résultats autant ne rien faire du tout. Quant à ce que vous énoncez sur les parents et leurs enfants je pense (en tout cas j’aime à le penser) que la communication fonctionne encore aujourd’hui entre l’école et les parents d’élève et que les infos circulent de manière à sensibiliser tous les acteurs.

          • DrG.No Gravatar dit :

            Vous me faites un faux procès, je n’ai jamais dit que rien n’était fait, simplement que si on veut résoudre à 95 % le problème, pour le bien des gamins, il faut un système incitatif fort et malheureusement dans un pays comme la France ça passe par le porte-monnaie.
            Venez faire un tour dans les cabinets dentaires et vous verrez que malgré MTdents, la prise en charge à 100%, la cmu complémentaire etc. on voit des gosses de 6 ans et moins avec des bouches pourries et cela à cause de la négligence et du je m’en foutisme de certains parents.
            Et dans des endroits pas particulièrement défavorisés.

  3. ActuMedNo Gravatar dit :

    En parlant d’approximations, les salariés de la sécurité sociale ne sont pas des fonctionnaires, ils ne bénéficient pas, par exemple, des avantages des fonctionnaires pour leur retraite 😉

    • DrG.No Gravatar dit :

      Bah, si c’est la seule approximation on assume.
      La forme, le fond, etc.
      Et encore pas sûr qu’au niveau national une partie des employés ne soient pas fonctionnaires, donc …

  4. JustinNo Gravatar dit :

    Bonjour,

    Votre article est intéressant à lire, mais il est dommage que l’orientation politique vous fasse vous même commettre « quelques approximations » voire même, quelques erreurs.

    En premier lieu, vous faites dire à la ministre que « les français ne peuvent accéder aux soins dentaires ».
    Je n’ai pas lu l’article que vous évoquez (il serait d’ailleurs appréciable d’insérer un lien vers celui ci) mais la ministre semble dire que les français ont des difficultés à accéder aux soins dentaires.

    Cela est vrai. Vous dites à juste titre que les soins conservateurs sont parmi les plus bas d’Europe. Vous oubliez de dire que dans les pays scandinave, ils sont aussi beaucoup mieux remboursé qu’en France.
    Vous parlez ensuite de la CMU, il est vrai que les soins sont remboursé à 100%. Les soins sont d’ailleurs réalisé à perte par le CD et il faut surement mieux rémunéré les actes CMU. Mais que faite vous de la personne qui gagne le Smic ou à peine plus. Savez vous combien ils représentent? Pensez vous que ces personnes là peuvent avancer une couronne CCM à 800 euros? Ou même tout bêtement une consultation avec panoramique?
    Vous semblez contre le tiers payant au motif de la « responsabilisation des patients ». Un patient qui a un problème dentaire, on le résous, point. Quel rapport avec une quelconque responsabilité? Vous suggérez qu’une personne fait exprès d’avoir des caries, car se sont des irresponsables plombant le budget de la sécurité sociale?
    Les patients CMU qui ne se soucie pas de « combien ils coûtent à la société »? Pensez vous que leur sort soit enviable avec 647 euros mensuels?
    Et pourquoi devrait il se soucier de ceux « qu’ils coûtent »? Sont ils des citoyens de seconde zone?
    Enfin, est ce que vous, vous souciez de « combien vous faites payer » à la société le jour ou vous avez un problème médical?

    Pour revenir au tiers payant, sa généralisation permettrait justement aux personnes avec des ressources faibles, de consulter plus souvent et d’éviter des problèmes plus grave et plus coûteux.

    Une chose de plus, ne tombez pas dans la caricature des milliers de fonctionnaire qui ne servent à rien,(d’autant plus que ce n’est pas la sécu qui paye leurs salaires ;p) cela défavorise votre argumentaire car vous tombez dans le fantasme politique.

    Enfin vous écrivez : « Et toutes les enquêtes montrent que les causes principales du renoncement aux soins précoces, ceux qui ne coutent rien, sont « la peur du dentiste » et la négligence des patients concernés. »
    Pour répondre à ça, elles ne coûtent pas rien puisqu’il faut les avancer et ensuite je vous recommande d’aller voir les études de l’insee qui montre que la première cause de renoncement aux soins se sont les ressources, et contrairement à ce que vous pensez, se sont les patients CMU qui renoncent le plus aux soins.

    Parlons ensuite de vos solutions:
    1/ Une éducation renforcé à l’hygiène bucco dentaire et une meilleur prise en charge des actes prophylactique.
    Absolument d’accord. Mais comme vous sembliez concerné par le déficit abyssal de la sécu : une mesure comme celle ci coûte cher. Et à mon avis, elle se fera que si de l’autre côté il y a un encadrement du prix des prothèses… Pas sur que cela réjouisse tout le monde…

    2/ La mesure coercitive d’obligation de contrôle comme en Scandinavie.
    Ok mais dans les pays du nord cette visite est remboursé intégralement. Etes vous d’accord pour faire la même chose ici?

    Bref, les mesures que vous indiquez vont dans la continuité de ce qu’a annoncé pour l’instant le gouvernement. Mais il ne faut pas se leurrer. On ne peut pas demander à ce que l’on fixe librement le prix de nos prothèses et demander de nouvelles revalorisations des actes.
    C’était comme ça avec l’ancien président. Ça le sera avec le nouveaux. Ce n’est pas démagogique, juste réaliste.

    Cordialement

    • DrG.No Gravatar dit :

      Merci de votre long commentaire, quelques courtes réponses.
      Orientation politique? Ce blog a 4 ans, parcourez-le un peu et dites-nous qui a été épargné.
      Mieux rémunérer les actes cmu?
      Pourtant aux mêmes tarifs que pour le reste de la population, remboursés à 100%, effectués à perte comme les autres, 70% de l’activité quotidienne d’un cabinet dentaire « ancien », demandez aux jeunes qui débutent comment ils vivent en ne faisant que des soins.
      Qui accepterait dans ce pays de travailler 70 % de son temps à perte ? Il y en a pourtant.
      Et une ccm a 800 euros n’a rien à voir avec les soins « de base » accessibles à tous.
      Le tiers-payant?
      Tous les méchants cd de France le pratiquent depuis toujours, ça s’appelle les chèques-tiroirs, patients remboursés sous 5 jours avec sésam vitale, pas besoin de monter une usine à gaz pour ça et faire peser de nouvelles contraintes sur les professionnels qui n’ont pas que ça à faire.
      Et quel rapport entre se soucier de ce que l’on coûte à la collectivité et être de première ou de « seconde zone », c’est simplement être responsable et reconnaissant envers la société et ceux qui financent le système, tout n’est pas dû.
      Faudra expliquer aussi le rapport entre manque d’argent et renoncement aux soins d’un cmu pris en charge à 100% et qui n’avance rien, tiers-payant intégral et obligatoire !
      Alors les études de l’insee on leur fait dire ce qui arrange ceux qui les commandent.
      Les solutions ?
      Une mesure qui coûte cher, même coercitive, peut-être impopulaire, mais qui à terme fait gagner beaucoup est-elle stupide ?
      Oui quand on est un homme politique démago prêt à tout pour arriver ou se maintenir au pouvoir, non si on travaille vraiment pour le bien-être de ses concitoyens, autrement dit pas demain la veille.
      Ce gouvernement pour l’instant n’a rien annoncé de précis, ils doivent faire des commissions et des sous-commissions qui pondront des rapports qui diront la même chose sur des problèmes qui perdurent depuis 30 ans: l’état n’a rien à faire de la santé bucco-dentaire des français, ça coûte cher et c’est la faute des méchants cd qui, après tout, n’ont qu’à bosser gratos.
      On annoncera quelques mesures bien démago pour les punir, qui satisferont le bon peuple qui continuera à gaver ses gosses de mc do, de chips et de sodas à tous les repas et ne consultera en urgence que « quand ça fait mal ».
      Cordialement aussi.

      • JustinNo Gravatar dit :

        Bonjour,

        Je me permets encore quelques remarque:

        Le but de mon commentaire était de souligner la différence entre ce qu’a dit la ministre et ce que vous lui faite dire. Il y a une différence entre ce qu’elle expose : « les français ont du mal a accéder aux soins » et ce que vous écrivez « les français ne peuvent pas accéder aux soins ».

        Ensuite, distinguons deux choses. Les patients bénéficiaires de la CMU, et ceux les plus nombreux, assujettis au régime général, touchant un revenu médian (environ 1800 euros brut mensuel)

        Votre article se focalise sur les patients bénéficiant de la CMU. Je parle dans mon commentaire de « citoyens de seconde zone » car je trouve qu’il y a une tendance dangereuse a stigmatiser une catégorie de la population qui se trouve dans une situation de précarité importante. Une personne qui touche 700 euros par mois ne peut pas avancer un SC17 à 40,97€. C’est pourquoi il est pris en charge à 100%.
        Parlez de la CMU, qui est un progrès social énorme (je vous rappelle qu’auparavant ses patients n’était tout simplement pas soigné) comme dans l’article accrédite la thèse de « parasite » (je n’emplois pas ce mot au hasard, je l’ai entendu dans la bouche de plusieurs confrère) vampirisant les comptes sociaux. Comme on le sait tous, il n’est pas rentable financièrement pour le cd de soigner un « patient cmu », il n’est pas pour autant excusable de voir les dérives actuels comme ceux qui trie leurs patient (d’ou le « seconde zone ») ou ceux qui « torche » le boulot.
        La solution serait de revaloriser les actes courants afin que le cd ne travaille plus à perte actuellement, et qu’il le fasse dans de meilleurs conditions (pose de digue, polissage minutieux…)
        Un mot encore sur les patients qui ne touchent pas d’aide sociale. Pour eux, il est encore plus difficile d’accéder aux soins (sans parler des actes prothétiques). Avancer l’argent pour des soins conservateurs ou des extractions est difficile. C’est pour ça que le tiers payant est une bonne chose. Et ne nous leurrons pas, vous savez très bien qu’il n’est que peu utilisé à cause des tracasseries administratives qu’il occasionne.
        La solution serait ici de simplifier les démarches pour permettre une généralisation du système et non pas de militer pour sa suppression qui serait une régression sociale importante.

        Je connais bien la thèse que vous défendez ici. Le système sociale français est généreux. Parfois trop pour des patients qui ne le mérite pas (McDo, Coca). Ils ne viennent pas au cabinet car ils ont peur et attendent le dernier moment, quand ils ont trop mal.
        Et pourtant, encore une fois, les études de l’INSEE le montre : se sont les inégalités sociales qui empêche l’accès au soin au patient défavorisé.
        Pourquoi les patients CMU alors qu’ils sont remboursés à 100%?
        D’abord parce qu’ils habitent majoritairement dans des zones ou la densité médicale est faible. Il leur ait alors difficile d’accéder aux soins.
        Ensuite parce qu’ils ont plus de difficultés à se faire soigner par le cd qui préfère le ré adresser au chu le plus proche (qui souvent ne l’est pas.

        Les pouvoirs publics ne s’intéresse pas aux soins bucco dentaire c’est vrai. Aux CD de s’impliquer, en défendant l’intérêt des patients, afin que notre propre intérêt en soit amélioré.

        Cordialement,

  5. […] dont la seule ligne de conduite est de flatter (vainement vu les sondages) le plus grand nombre, nouvelle méprisante ministre dont l’impopularité chez les médecins a déjà atteint des niveaux historiques en un temps […]

Laisser un commentaire :

( Plus de 3 mots, en rapport avec le sujet, et 1 pseudo qui ne soit pas un mot-clé si vous souhaitez passer la barrière anti-spam. Bin oui, on fait ce qu'on veut ! )

Subscribe to RSS Feed Follow me on Twitter!