Liberté d’installation (suite…)

Dans le quotidien du médecin du 9 septembre:

Les étudiants et internes en médecine ont déjà fait savoir par leurs divers syndicats qu’ils n’accepteront pas que leur liberté d’installation soit supprimée comme cela est maintenant le cas pour les infirmières libérales. On se rappelle qu’à l’automne dernier leur mobilisation avait fait capoter un projet similaire les concernant.

Preuve s’il en est qu’un (des) syndicat déterminé peut obtenir des résultats : il suffit de savoir (vouloir?) dire non !

Tact et mesure …

Les grandes manoeuvres gouvernementales pour encadrer les tarifs d’honoraires des praticiens médicaux, et surtout le faire savoir, ont débuté en fanfare ces jours derniers, il en était question  ici même

Le rapport de la Cour des comptes sur le déficit chronique de la branche maladie vient fort à propos enfoncer le clou.

Pour rappel le quotidien Les Echos indiquait qu’un décret à paraître à l’automne permettrait aux caisses d’infliger des sanctions financières aux médecins (on peut supposer que personne ne sera ensuite oublié ndlr…) qui pratiquent des dépassements  » au-delà du tact et de la mesure ».

On ne peut que s’interroger sur la notion de tact et mesure qui relève à priori d’une appréciation personnelle encadrée par l’usage et les recommandations des ordres professionnels.

Un début de piste sans doute donné par La Tribune, rapportant les déclarations du président de l’assurance-maladie Michel Régereau, qui a indiqué que cette sanction s’appliquerait aux médecins dont « les honoraires dépasseraient plus du double, voire le triple du tarif remboursable par la Sécurité sociale. »

Encore et toujours le bâton, qu’il est plus facile d’infliger aux autres, sans doute pour faire oublier le déficit abyssal de l’état creusé au cours des dernières décennies et qui ne semble pas près de se combler.

Prochaine étape : l’interdiction de devenir vieux et malade ?

Ouverture de la chasse aux blouses blanches ?

Selon le site internet libération.fr :

le gouvernement souhaite donner à l’assurance maladie la possibilité de baisser de manière unilatérale les tarifs des honoraires médicaux lorsque les dépenses de la branche maladie dérapent.

«L’Union nationale des caisses d’assurance maladie est habilitée à modifier par décision de son directeur général les tarifs lorsqu’il existe un risque sérieux de dépassement» de l’objectif annuel de dépenses (Ondam), est-il écrit dans l’avant-projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) que s’est procuré l’AFP.

Chaque jour amène son lot de bonnes nouvelles pour les professions médicales, bien servies par l’inefficacité de leurs syndicats dits représentatifs (de qui, on se le demande ?)

Jusqu’alors les honoraires médicaux étaient négociés conventionnellement entre les représentants des praticiens et les caisses d’assurance maladie qui, déjà, étaient loin de respecter tous leurs engagements.

Après la modification des cotisations ASM, la multiplication de nouvelles contraintes règlementaires sans aucune compensation, le non respect par les caisses de leurs engagements contractuels, sera-ce la goutte de trop ?

La voie du déconventionnement semble devenir de plus en plus réaliste pour de nombreux praticiens et peut-être est-ce le but recherché, mais non avoué,  à moyen terme?

Si on pousse un peu le raisonnement, il sera bientôt plus judicieux financièrement pour un professionnel médical de ne soigner que des patients en bonne santé afin de ne pas faire « déraper » les prévisions comptables.

Il serait sans doute temps pour les énarques qui nous gouvernent de réaliser que la carotte fonctionne mieux que le baton et que l’herbe qui semble souvent plus verte ailleurs semble le devenir pour beaucoup .

Protégez-moi de mes amis …

… mes ennemis je m’en charge !

C’est ce que doit penser l’élève infirmier(e) à la lecture de l’accord signé le 4 septembre par les syndicats des infirmières libérales avec l’assurance maladie.

En gros, en contre-partie d’une augmentation  _ royale _ de 5,3% de leurs actes notoirement surpayés (3,15 € l’injection en avril 2009 !) leur liberté d’installation n’existe plus dans les zones fortement pourvues et une nouvelle installation ne pourra être réalisée que lors d’une cessation définitive d’activité.

Si on lit bien, la revalorisation tarifaire va donc concerner les infirmières actuelles et l’interdiction, les futures…

Il y a fort à parier que l’on va entendre parler dans les semaines à venir des élèves infirmiers qui, à l’instar l’an passé des internes en médecine qui ont fait capoter un projet similaire les concernant, risquent d’être moyennement heureux de participer à la limitation des « déserts infirmiers » créés par leurs prédécesseurs.

A moins que d’ici-là ils n’aient décidé, à l’heure de la mondialisation et des voyages low-coast et comme le font actuellement nombre de récents diplômés de professions médicales ou scientifiques, d’aller voir si d’autres pays apprécient mieux leurs jeunes compétences.

Les chirurgiens-dentistes français, en attendant leur tour, seront rassurés de savoir que leurs propres syndicats, jusqu’à preuve du contraire, ne sont pas toujours les plus nuls.

Petites phrases (véridiques) pour débuter une bonne relation thérapeutique… (6)



« C’est cher un détartrage pour le peu de tartre que j’avais.

Pas étonnant que la sécu soit en déficit … »

(ndlr: 25 mn, à fond!)

Ordinateur, mon ami ! (mon maitre ?) qui n’est pourtant qu’un tas de ferraille, dis moi comment …

Tous les sites internet profitent plus ou moins judicieusement d’outils très sophistiqués censés les aider à s’améliorer ou être plus performants : les outils de statistiques sont incontournables dans ce domaine.

Mais ils peuvent aussi aider à voir la vie en rose…

Et oui ! Enfin à nous ça nous fait ça.

Quelques requêtes tapées dans les moteurs de recherche qui ont abouti sur blogdentiste:

_ vieux instruments de dentistes (en espérant que ce ne soit  qu’un collectionneur)

_ débuter une phrase (peut-être une majuscule ?)

_ pourcentage de gain entre prothésiste dentaire et dentiste (dichotomie interdite non ?)

_ le meilleur dentiste de Rabat (à quand le classement : dentiste 4 molaires, 2 molaires, molaire cariée… )

_ débuter une relation (ça s’apprend sur internet ?)

_ notre préféré : taux d’infidélité des dentistes ! (aucun commentaire…)

Alors, à vous lecteurs _ peut-être involontaires _de ce blog:  continuez à mettre un peu de poésie dans ce monde virtuel, ça nous fait bien rire, mais le jour où google ou yahoo search donneront la manière de débuter une relation ou le taux d’infidélité des dentistes, il y aura du souci à se faire … (et pas que pour les dentistes d’ailleurs)

Subscribe to RSS Feed Follow me on Twitter!