Redimensionner ses images en ligne et en trois clics

Tout le monde a dû un jour modifier les dimensions d’une image, une photo, que ce soit pour l’envoyer par mail ou pour l’afficher dans une dimension prédéfinie (sur un site internet, un blog…)

En effet ces images souvent trop « lourdes » mettent un temps infini à charger ou bien leurs dimensions ne conviennent pas pour leur emplacement de destination.

Certes il existe d’onéreux logiciels de retouches spécialisés ou bien des applications gratuites mais qui nécessitent d’être téléchargées sur son ordinateur, par exemple  http://toki-woki.net/p/Shrink-O-Matic/  mais les applications en ligne sont quand même beaucoup plus séduisantes : rien à charger, sûres, accessibles de n’importe où et très simples d’utilisation.

On trouve par exemple  www.reduction-image.com qui en 3 clics de souris donne une image allégée standard en jpeg.

Sa version « avancée » http://reduction-image.com/resizer-online permet  quant à elle de personnaliser la modification (en pixels, en pourcentages), sans perte de qualité et d’enregistrer au final en jpeg, gif ou png.

Sur le même site il est aussi possible de créer et de modifier des gifs animés et on trouve même, à côté de la traduction anglophone une version russe, le confrère et néanmoins ami  le dr Adhoc, concepteur de l’utilitaire, ayant sans doute pensé aux photos de ses copines mannequins de l’est…

Bref, tout ce qu’on aime trouver sur internet : pratique, rapide et surtout facile d’utilisation même pour les néophytes.

A ajouter d’urgence à ses favoris.

www.reduction-image.com

EDIT  janvier 2009 : de nouvelles fonctionnalités à découvrir dans le commentaire ci-dessous.

Petites phrases (véridiques) pour débuter une bonne relation thérapeutique… (5)

 » Pourquoi ce n’est pas possible de mettre un « plomb » en une fois ?

Et bien si la carie est si importante, alors arrachez-là tout de suite, j’ai pas de temps à perdre chez le dentiste, je bosse moi…  Et vous me ferez un petit arrêt de travail ?

Ah bon ! Et pourquoi non ? « 

Tarifs des médecins et chirurgiens-dentistes

Après mise en ligne par les caisses de quelques tarifs de prothèse ou de soins courants,  professionnels comme  patients s’accordent sur l’inutilité de la démarche étant donné l’opacité et le manque de précision des informations.

On en a déjà parlé ici et .

Le site internet du journal économique « les échos » en parlait aussi sous le titre : « Tarifs des médecins et des dentistes: la cnam joue la transparence. »

La dernière phrase de l’article : Un autre décret d’application de la loi, ultrasensible, est attendu pour l’automne : il doit préciser la notion d’abus et le barème des amendes pour les médecins ne respectant pas « le tact et la mesure ».

Donc après l’information (la désinformation?)  -> la sanction ?

Sans vouloir jouer les Cassandre, dans cette optique l’objectif semblerait plus cohérent.

Ne restera plus qu’à déterminer la limite du « tact et mesure » et qui s’en charge : assureur complémentaire ? Statisticiens des cpam ? Associations de consommateurs ? Le comptable du ministère de la santé ? Le patient lui-même ?

A ce jour il est pourtant de la responsabilité du praticien de fixer ces limites, d’ailleurs inscrites dans le code de déontologie (article R4127_240) dont l’Ordre National des Chirurgiens-Dentistes doit être le garant.

La saga de l’été continue …

ASM, FSDL et Conseil d’Etat : les non-réponses de l’urssaf (suite mais pas fin…)

Différentes réponses d’urssaf de régions différentes, formulées plus ou moins clairement, laissent entendre qu’elles prennent note des réclamations concernant l’ASM des chirurgiens-dentistes mais qu’elles n’ont pas encore d’instructions sur la suite à donner.

En gros, on joue la montre.

Un peu comme si le Conseil d’Etat n’existait pas.

C’est pourtant simple : si « les caisses sont vides », un petit avoir sur l’échéance prochaine (majoré des intérêts dûs qui s’accumulent) et tout le monde est content, non ?

Ouebmaniaque et donc infidèle …

Ce bon vieux dell montrant quelques signes de faiblesse depuis déjà un moment, l’heure de le ranger au grenier à côté de ses deux prédécesseurs a donc sonné: il est temps de tourner la page.

Surexcité mais la larme à l’oeil, visite sur le site dell pour configurer un remplaçant aux caractéristiques de rêve, au moins jusqu’aux nouveautés de la semaine prochaine.

Et là, tout à coup _ valider l’achat _ le blocage, les mains qui tremblent : non, impossible, le cerveau ne dirige plus !

Qui dit commander en ligne dit aussi « attendre » la commande:  pas question de se passer de lui plus de quinze  huit   trois jours , bon on dira  24 8 heures…

Alors ??? Direction le temple de la consommation le plus proche et hop, un bel hp tout rutilant avec des tas de fonctions plus inutiles les unes que les autres, mais au moins pas de rupture de connexion… Enfin, juste le temps de rebrancher fébrilement tout ça ! Ouf, ça fonctionne.

C’est grave docteur ???

PS: Ne voir aucune métaphore allusive dans cette triste réalité …

Petites phrases (véridiques) pour débuter une bonne relation thérapeutique… (4)

« Ah bon, il faut payer ?  Bien sûr je suppose que vous ne prenez pas la carte bleue ?

Ah si ?

Et bien je la prendrai avec moi la prochaine fois… « 

Subscribe to RSS Feed Follow me on Twitter!