Pas que la médecine ou la dentisterie qui partent en déconfiture dans ce pays…

 

Après la démocratie participative, les sites médicaux participatifs où l’internaute notait son médecin ou son dentiste, l’école participative où le prof se prend un zéro pointé, la pharmacie participative vient de voir le jour sous la forme d’un nouveau site internet.

L’internaute, après sélection de son médicament, lui attribue une note en fonction de critères plus que subjectifs comme l’efficacité, les effets secondaires ou la facilité d’emploi.

Sachant que les malades sont généralement polymédiqués on peut aisément imaginer ce qui risque de ressortir des commentaires des internautes avec les dérives qui s’en suivront (dénigrement, fausses informations, arrêts de traitement, etc…) : il suffit de jeter un œil sur les forums médicaux grand public pour se faire une idée de la désinformation ambiante.
Et tous les professionnels de santé connaissent déjà la difficulté de faire entendre raison à certains patients qui « l’ont lu sur internet » et qui en savent souvent plus qu’eux sur leur spécialité.

Mais bref, comme bientôt il sera possible de faire de la consultation médicale par téléphone, que toutes sortes de (faux) médicaments sont déjà en vente sur le net, après tout pourquoi pas ?
Peut-être est-ce un nouveau moyen de lutter contre les déserts médicaux qui s’annoncent ?
En faisant s’auto-éliminer les malades récalcitrants.

A quand la débilité participative ? Ah, ça existe déjà ?

PS: Bien sûr, comme à notre habitude nous ne donnerons pas l’adresse du site en question, « financé par un investisseur privé sans lien avec l’industrie pharmaceutique »  et qui « ne souhaite pas donner son nom. »

Mais c’est facile à trouver, les philanthropes ne sont pas légion sur internet.

source

 


Laisser un commentaire :

( Plus de 3 mots, en rapport avec le sujet, et 1 pseudo qui ne soit pas un mot-clé si vous souhaitez passer la barrière anti-spam. Bin oui, on fait ce qu'on veut ! )

Subscribe to RSS Feed Follow me on Twitter!