Une occasion en or pour la CNSD ?

 

La CNSD a aujourd’hui une occasion unique de redorer son blason auprès des confrères de plus en plus nombreux à réclamer un vrai syndicalisme d’opposition pour lutter contre le déclin de la chirurgie dentaire dans ce pays.

Le gouvernement s’apprête à brader aux mutuelles amies la santé bucco-dentaire des français en modifiant le Code de la Mutualité et leur permettant ainsi de créer des réseaux de soins.

Le protocole CNSD / MGEN autorisant des remboursements différents à leurs adhérents pour des cotisations identiques étant systématiquement déclaré illégal par les tribunaux (nous en avons souvent parlé ici  ou   encore ici  et  même là ) le gouvernement va tranquillement modifier le Code de la Mutualité au seul profit de celle-ci.

Cela sonnera la fin du libre choix du praticien par le patient ou alors au prix d’un important sacrifice financier s’il choisit de ne pas entrer dans ce réseau imposé.

On comprend aisément que cela sera au détriment des cabinets dentaires de proximité et au profit « d’usines à dents » où seules primeront rentabilité et réduction des remboursements.

Que ceux qui pensent le contraire se posent la question de savoir quel est l’intérêt financier d’une mutuelle vis à vis de son client ?

On sait pourtant que dans leur immense majorité les français sont attachés à « leur » praticien, surtout dans un domaine aussi sensible que la chirurgie dentaire.

La nouvelle équipe dirigeante de la CNSD pourrait saisir l’opportunité de se désengager de ce marché de dupes avant qu’il ne soit trop tard.
Les conditions qui lui ont fait souscrire cet accord en son temps (dont les termes n’ont d’ailleurs pas été respectés par la MGEN) et surtout les implications futures ne sont plus les mêmes.

Il serait plus qu’honorable aujourd’hui de tirer les conséquences d’hier et de ne pas hypothéquer demain.

Ce geste fort aurait en contrepartie un effet de cohésion immédiat sur une profession de plus en plus divisée au seul profit de ceux qui ne rêvent que de l’asservir.

Les chirurgiens-dentistes français, quelles que soient leurs opinions politiques ou syndicales, n’aspirent pourtant qu’à pratiquer décemment une dentisterie de qualité éloignée des basses manœuvres politiciennes.

Flatter les amis financeurs, désinformer la population avec la complicité de journalistes médiocres et l’habituelle technique du bouc émissaire semblent aujourd’hui les méthodes choisies.

Il serait temps que CNSD, FSDL et UJCD réalisent quels sont les ennemis de la profession et œuvrent, à défaut de le faire ensemble, au minimum dans la même direction tant qu’il est encore temps.

Étant donné l’urgence et la gravité de la situation on peut parier que la profession sera impitoyable envers ceux qu’elle rendra responsable d’une insupportable nouvelle dégradation des conditions d’exercice.

Après l’heure ce ne sera plus l’heure…

La balle est dans le camp de la CNSD !



 


Laisser un commentaire :

( Plus de 3 mots, en rapport avec le sujet, et 1 pseudo qui ne soit pas un mot-clé si vous souhaitez passer la barrière anti-spam. Bin oui, on fait ce qu'on veut ! )

Subscribe to RSS Feed Follow me on Twitter!